Amicale des Antillais de Roissy-en-Brie : site officiel du club de foot de ROISSY EN BRIE - footeo

Jeff Joseph sera inhumé aujourd'hui sur ses terres de la Dominique

24 novembre 2011 - 11:25

Des obsèques dignes d'un chef d'Etat

 

Décédé la semaine dernière, Jeff Joseph a regagné sa Dominique pour y être enterré samedi dans son village natal de Saint-Joseph.

La musique caribéenne va rendre un dernier hommage à l’un de ses plus fiers représentants. Décédé le 23 novembre à Fort-de-France d’un accident vasculaire cérébral, Jeff Joseph sera inhumé samedi dans son village natal de Saint-Joseph à La Dominique. Une cérémonie avait été un temps envisagé au stade Roseau où a habituellement lieu le World Music Festival.
Mais avant la cérémonie de samedi, d’ultimes célébrations sont prévues dès vendredi soir avec un concert hommage dès 18h. Samedi midi, son corps sera exposé dans le village avant l’inhumation à 14h30 en présence des hautes autorités de la Dominique.

 

Jeff Joseph ne fera plus danser les foules...

 

Triste nouvelle en ce mecredi 23 novembre,les Caraïbes ont perdu une autre icône de la musique !

Encore groggy après la disparition de Patrick Saint-Eloi l’an dernier,et tout récemment celle d'Hilaire Geoffroy,un autre grand s’en est allé...Le roi du KGV (Kalypso à Grande Vitesse), le chanteur dominiquais Jeff Joseph, des célèbres groupes "The Grammacks et Volt Face", est décédé à l'age de 58 ans, des suites d'un accident vasculaire cérébral. Il aurait fêté en 2012, ses 40 années de carrière;40 longues années de musique, de scène, d'amour du public, de chansons qui ont toutes traversé les générations, sans prendre de rides.

Jeff Joseph, c’est des succès en cascade, c’est plusieurs générations et bien sûr c’est aussi un chanteur inclassable,artiste électrique et éclectique,anglophone, francophone, créolophone : Jeff Joseph était un artiste symbole de la Caraïbe. Sa marque de fabrique : une énergie extraordinaire, des refrains entêtants et surtout ce petit accent anglophone charmeur unique dans le paysage musical des Antilles...

Il devait se produire vendredi au Progt de Matoury, pour le Drépa Hope Festival, concert de solidarité en faveur des malades de la drépanocytose.C'est un monument de la Musique Caribéenne qui s'est éteint.

BIOGRAPHIE DE JEFF JOSEPH

Il est né à la Dominique, dans un village du nom de Saint-Joseph. Et du plus loin qu’il s’en souvienne il a toujours aimé bouger, danser et surtout chanter. Sa maman Sylma se souvient : « Jeff est l’ainé de mes cinq enfants. Je l’ai toujours entendu chantonner, toujours, quelque soit son humeur du moment. Il reprenait des chansons que diffusait la radio ou en inventait quelques-unes ».

La musique ? Jeff dit qu’elle l’habite depuis l’enfance. C’est sa manière de dire ses émotions, et de les partager. Une façon aussi d’enjoliver la vie, la sienne comme celle des autres… C’est ainsi qu’à l’âge de douze ans, il commence ses premières prestations publiques en s’inscrivant dans une compétition de carnaval qu’il remportera l’année suivante, avec une bande d’amis qui l’accompagnait au steel-band.Une étoile du calypso est née, mais maman Sylma veille et tient à ce que les études soient menées à terme avant toute escapade musicale. C’est chose faite en 1972 ou avec quelques potes musiciens de son école Grammacks School et ceux de l’Academy School.

Jeff fonde le groupe « Grammacks » qui sillonne la Dominique de bout en bout, de bals populaires en fêtes communes. Comme ses illustres ainés en variétés, les Ophélia et Gordon Henderson, Jeff fera mentir le proverbe qui dit qu’on n’est jamais maître chez soi.La Dominique ne rate aucun de ses rendez-vous, pour danser et chalouper à satiété. Mais l’envie de voir d’autres horizons, d’autres publics, de se confronter à d’autres cultures, de s’ouvrir d’autres marchés pousse le groupe à se rendre dans l’ile voisine, la Guadeloupe. La rencontre en studio avec Henri Debs sera déterminante et bénéfique pour les Grammacks. Dès leur première collaboration, ils signent ensemble « Soucougnan », un titre qui devient très vite un tube rythmé par un calypso torride sur un texte qui image une vieille superstition locale…

Jeff Joseph devient, avec un sillon, le roi du KGV, soit dit Kalypso à Grande Vitesse.S’enchaînent une cascade de succès, de hits, des prestations aux quatre coins de la Caraïbe et de le France, avec un morceau mémorable comme « pa dansé an ba koko sek ». Puis, au sein de 3A, l’écurie de Jacky Nayaradou (en Martinique), Jeff compose ce qui deviendra ses titres-phares. Il impose sa griffe, celle s’un style harmonique qui n’appartient qu’à lui, un son « Karibean Rock » hyper remuant, avec un groove saturé. C’est une alliance de cadence et de calypso, la cadence lypso qui lui permettra de séduire et de conquérir les publics les plus hétéroclites.Parmi ses compositions qui n’ont pas pris une ride mélodique citons : Misik dou it, Mi déba, Ou pas bon, Côchema, Pawol en bouch…Dès les premières notes, ses cousins des Antilles, de la Caraïbe, des USA (New-York et Miami), de Hollande, de France (avec un tour de France en première partie d’Annie Cordy et des concerts sous l’égide de France Inter) succombent sous la fièvre de ses tempos.

Son répertoire s’enrichit de bouyon, de reggae, de merengue, de soca entres autres.Sur scène, ce qui fascine, c’est la prodigieuse énergie de Jeff, leader charismatique, interprète fougueux. Tout au long d’un concert, Jeff reste en contact permanent avec son public qu’il électrise à sa guise. Il ne s’économise jamais, se donne sans compter, passant sans répit d’un bout à l’autre des plateaux avec un certain bonheur communicatif. Des trophées SACEM et autres distinctions honorables (dont la médaille de la Fête de l’Indépendance de la Dominique…) viendront couronner son talent...

Mais un jour de l’année 1985, fatigués de parcourir le monde, les musiciens décident de rentrer au bercail ou de s’installer aux Etats-Unis, et de fonder une famille. Pour Jeff, l’aventure musicale ne pouvant s’achever, c’est l’aventure en solo… A New York ou il réside, Jeff rencontre le groupe « Kool of the gang » avec lequel il sort en 1988, un sillon de deux sonorités « world music », « Banana sweet » et « One, two, three », dont le clip tourné en Angleterre est l’un des plus soignés réalisés par un artiste de la Caraibe.Et puis, arrive "Volte-Face" avec Georges Decimus (bassiste et faiseur de tubes aux disques d’or pour Kassav), avec le lutin Dominique Panol avec la « zoukeuse-light » Katryn Thélamon et la voix ka-roots de Dominique Coco. Pendant cinq ans, Volte-Face, groupe éclectique et électrique parcourt le globe, semant aux quatre vents, sa rythmique caribéenne nourrie de zouk (chiré, lové…) de bouyon, de cadence-lypso, de funk, de gwo-ka.Volte-face désormais éteint, il nous reste en souvenir, 5 albums et 1 album live qui relatent leurs prestations entre frissons, passions et émois.La collaboration essentielle de Jeff Joseph au sein de « Volte-Face », notamment sur les plateaux, incite le public à lui réclamer un retour des Grammacks. Ils sont nombreux à vouloir se replonger dans un bain de nostalgie, dans un tourbillon de liesse, d’allégresse avec Jeff en meneur de jeu.

En 1997, Jeff obtempère. Et avec de jeunes musiciens férus de son répertoire, il crée « Grammacks New Generation ».La formation est l’invitée régulière du Festival Kreol de la Dominique et de temps à autre se rend au Festival de jazz de Sainte-Lucie et de Saint-Martin. Qu’en est-il aujourd’hui de Jeff Joseph et de sa cadence-lypso ? Deux albums avec « Grammacks New Generation » et un opus en solo fraîchement sorti témoignent de son éternelle vivacité...

Le chanteur a gardé sa verve, son sens du rythme, son allant, son punch et sa capacité phénoménale à soulever les foules.

Pour Jeff Joseph, la musique était un plaisir, le public un ami fidèle avec lequel il aimait partager et échanger.

BON VOYAGE !
RIP JEFF JO !

VIDEOS JEFF JOSEPH:GRAMMACKS/VOLT FACE

http://www.youtube.com/watch?v=WS0cexdFYy8&feature=results_main&playnext=1&list=PL10DC8B4B8C80BEE5

 

Decouvrez les images de la veillée de Jeff Joseph :

http://vimeo.com/32696687

http://vimeo.com/33018638

Dans La Presse Locale


 Un Musée Grammacks à la mémoire de Jeff Joseph...

 

http://dominicanewsonline.com/news/all-news/economydevelopment/grammax-museum-in-memory-of-jeff-joseph/

 

 

Texte
 
imprimer envoyer l'article commentaires (0) fils RSS partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn 

 

DEUX DE SES ENFANTS RACONTENT

« C'était vraiment un papa cool »

Melinda BoulaiFrance-Antilles Martinique26.11.2011

(Wilfrid Téreau/archives France-Antilles)

Jeff Joseph laisse des milliers de fans malheureux, une compagne dans la douleur, et ses enfants qu'il chérissait comme la prunelle de ses yeux. Deux d'entre eux Mowj et Joy nous parlent de leur papa

Éprouvés par le chagrin et la douleur, Mowj et Joy n'en reviennent pas. « Papa est parti » . Fauché par un accident cardio-vasculaire mercredi après-midi. La « pile électrique » , le show-man, le grand Jeff Joseph ne fera plus danser les foules. Mais surtout, il ne verra plus grandir ses enfants, ne sera plus là pour leur donner des conseils, il ne les entendra plus rire...
Jeff était très souvent en tournée sur les routes, mais il n'en restait pas moins un père très aimant. « Absent physiquement, mais il nous appelait tout le temps. Même si c'était pour rester une minute, juste pour entendre notre voix, il était mordu du téléphone » raconte Mowj sa fille aînée. Son frère Joy, 24 ans, n'est pas loin d'elle. Pour parler de « papa » , ils se donnent la main, pour se soutenir, pour être plus forts dans cette terrible épreuve.
Parler de leur père, leur permet d'évacuer un peu la douleur de se souvenir des bons moments passés avec lui.
« C'était vraiment un papa cool. Très humble, très gentil, qui nous encourageait beaucoup. Il nous a appris à positiver, même quand ça allait mal, il avait toujours le bon mot, et il nous disait pa fenn, il faut positiver. Par contre, il ne fallait pas faire n'importe quoi avec lui, parce que là, il prenait un visage grave et nous parlait sérieusement » .
Ce n'est pas un artiste que Mowj et Joy ont perdu, mais un père. Élevés avec leur mère en Guadeloupe, Jeff Joseph n'a pas tourné le dos à ses responsabilités.
« Chaque fois qu'il le pouvait, on se voyait. Vous savez, il y a pas mal de personnes qui ne savaient pas que nous étions les enfants de Jeff Joseph. Nous ne nous en vantions pas. Malgré sa vie d'artiste, il y avait toujours de la place pour nous. Il nous aimait beaucoup. Dès qu'il le pouvait, il nous emmenait en tournée avec Volt-Face, et avec les Grammacks New Generation pour nous faire partager sa vie » .
Sur les traces de leur père ?
« Quand j'ai vu qu'il y avait le Grand Méchant Zouk à Paris, puis en Martinique, je l'ai appelé pour lui dire : papa, alors à quand le GMZ en Guadeloupe ? Finalement quand ils l'ont organisé en Guadeloupe, il m'a tout de suite appelé pour me dire qu'il venait. Je l'ai accompagné, et le soir du spectacle dans la voiture, il m'a dit : Mowj, j'ai une mission : « An vinn pété yo, an vinn kraché difé! » . Il l'a fait! » raconte-t-elle en tenant bien serrée la main de son frère. L'émotion est forte.
Mowj et Joy ne se font pas encore à l'idée de ne plus jamais revoir « papa » .
Comme leur père, ils ont été touchés par le virus de la musique. Mais pas -encore- au point de partir sur les routes. « Moi, je suis enseignante. Je ne me prononce pas » .Quelques minutes avant notre rencontre, nous l'avons entendu fredonner du Bob Marley. Une magnifique voix. Joy, lui, sourit. « Je chante plus pour moi, pour me faire plaisir, pas pour partager » .
Il hésite, puis nous lance : « Mais je ne sais pas encore. La musique, je n'ose pas encore y réfléchir. Je réserve quelques surprises, ne vous inquiétez pas » ...
Mowj, la fille aînée de Jeff Joseph, et son frère Joy, 24 ans. Pour parler de leur père, ils se donnent la main, pour se soutenir face à l'épreuve qu'il traversent. Photo wiifrid Téreau/France-AntiiiesMowj, la fille aînée de Jeff Joseph, et son frère Joy, 24 ans. Pour parler de leur père, ils se donnent la main, pour se soutenir face à l'épreuve qu'il traversent. Photo wiifrid Téreau/France-Antiiies
- LES RÉACTIONS
Claudy Siar, délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'Outre-mer : Une fantastique carrière
« Au confluent de divers genres musicaux de la Caraïbe et au-delà, Jeff Joseph était à la fois une figure emblématique de la Dominique, Martiniquais et Guadeloupéen d'adoption et, un artiste toujours en pointe qui a su, tout au long de sa fantastique carrière, se réinventer » .
Chantal Maignan, présidente, et Christian Rapha, secrétaire général du Parti régionaliste martiniquais : Symbole d'unité et de fraternité
« Nous saluons la mémoire de Jeff Joseph, musicien et chanteur d'exception, symbole d'unité et de fraternité de notre grande région. Originaire de la Dominique, Jeff Joseph est aujourd'hui pleuré dans toute la Caraïbe anglophone comme francophone. Sa longue carrière musicale de près de quarante années, avec le groupe mythique des Grammacks puis avec la formation Volte-face, aura imprégné des générations de Caribéens de son célèbre rythme'cadence lypso » .
Philippe Petit, président du MLP : Mi deba, Jeff kité nou
« Le chanteur à la « kadans lypso » avait su traverser toutes les générations et rester indémodable. Puisse ce modèle d'engagement authentique et d'énergie contagieuse rester au firmament de la référence musicale caribéenne » .
Gabriel Luce, Mpréom : Un artiste de classe internationale
« Nos petits pays de la Caraibe peuvent etre terre d'origine de talentueux, creatifs, remarquables artistes d'une classe internationale comme Jeff Joseph » .
Garcin Malsa, maire de Sainte-Anne : Militant de la solidarité entre les peuples
« La Caraïbe perd non seulement un artiste de renomée internationale mais également un grand militant de la solidarité entre les peuples caribéens. Jeff Joseph a travers sa musique a su transcender les clivages musicaux et générationnels en Guadeloupe, à la Dominique et en Martinique » .
Yan Monplaisir, chef d'entreprise : Une partie de la jeunesse qui s'envole
« C'est une partie de la jeunesse des années 70/80 qui s'envole. Ambassadeur de la Dominique et fils adoptif de la Guadeloupe et de la Martinique, il a su tisser des liens entre les frères de la Caraïbe avec ses rythmes et tubes » .
Ange Lavenaire, président de la Communauté des communes du Nord : Convivialité et partage
« Le personnel de la CCNM est d'autant plus ému à l'annonce de la disparition de Jeff Joseph que chacun a encore en mémoire ce moment convivial de partage avec lui, brillant animateur de la cérémonie des voeux du président en 2011 au Domaine de Fonds Saint-Jacques » .
- Jeff Joseph et la Guyane : Mi déba!
(Wilfrid Téreau/archives France-Antilles)(Wilfrid Téreau/archives France-Antilles)
C'est l'un des plus célèbres tubes de l'artiste. La chanson lui a été inspirée en Guyane. Daniel Sinaï (notre photo), le propriétaire de la salle Karfour se souvient :
« Il faut savoir que Jeff Joseph était un scénique magistral, et ce, jusqu'à son dernier concert. Lors d'un de ces premiers concerts au Karfour en 75, le public était chaud, et quelqu'un a lancé un pétard dans la foule, ce qui a provoqué une bagarre. Jeff Joseph a écrit la chanson « Mi déba » quelques jours après. C'est aujourd'hui un de ses plus grands succès. C'est pour ça qu'il remerciait toujours la Guyane »
- Pas encore de date d'enterrement
C'est ce matin que le corps de Jeff Joseph sera rapatrié dans son île natale, la Dominique. Les Dominiquais l'attendent pour un hommage national. À l'heure où nous bouclions, la date de l'enterrement n'était pas encore été fixée.
Les autorités Dominiquaise veulent offrir un bel hommage à l'enfant du pays. Les frères et soeurs de Jeff n'étant pas encore tous arrivés à la Dominique, la date de l'enterrement n'a donc pas été arrêtée.

Commentaires

Roissy Antillais 11 3 mois
CHAMPIONNAT D'EUROPE DE FOOTBALL FÉMININ 2017 5 mois
Suivez le parcours de la sélection de Martinique à la Gold Cup 2017 5 mois
2-0
CROISSY / Roissy Antillais 11 7 mois
CROISSY / Roissy Antillais 11 : résumé du match 7 mois
Tournoi de foot pour vétérans +45 Ans 8 mois
Clôture des ateliers de L'A.A.R.B. 8 mois
Clip de la semaine 8 mois
ROISSY ANTILLAIS 11- PONTAULT COM. UMS Championnat 3 - 2 : nouvelles photos 9 mois
ROISSY ANTILLAIS 11- PONTAULT COM. UMS Championnat 3 - 2 9 mois
3-2
Roissy Antillais 11 / PONTAULT COM. UMS 9 mois
Roissy Antillais 11 / PONTAULT COM. UMS : résumé du match 9 mois
Clip de la semaine 9 mois
0-2
VAL DE FRANCE / Roissy Antillais 11 9 mois
Clip de la semaine 9 mois